La deuxième édition de la dictée solidaire d’Evreux Djougou Coopération a rassemblé vendredi 24 novembre 213 personnes dans le grand amphithéâtre de l’université d’Evreux.

La participation minimale de 4 euros demandée à chaque participant permettra l’achat de 50 lampes solaires qui seront données lors de la rentrée 2018 à des scolaires qui n’ont pas l’électricité chez eux. Un moyen reconnu d’aider ces enfants à mieux réussir dans leurs études puisque cette lampe va les éclairer pour réviser, lire, faire leurs devoirs lors des soirées toujours longues au Bénin où il fait nuit dès 19 h tous les jours de l’année.

Après la dictée 2016, ce sont 55 lampes qui sont rentrées dans les foyers d’enfants parrainés par des familles d’Evreux (voir article précédent). Un suivi de l’utilisation de ces lampes par le comité de parrainage qui s’est constitué à Djougou permettra de faire un bilan de cette action.

Le texte de cette dictée 2017 semblait un peu plus facile que le précédent, mais pas tant que ça puisque le meilleur résultat s’affiche avec 2 fautes contre 3 l’année d’avant.

Cette année, c’est Annie Duperey, auteur et comédienne célèbre, qui avait répondu à l’appel de notre association pour lire la dictée. Très applaudie, elle a dédicacé ses livres en soirée à de nombreuses personnes, certaines très émues de rencontrer pour la première fois cette femme souriante et simple qui attire la sympathie.

Annie Duperey s’est montrée particulièrement intéressée par les lampes solaires présentées qu’elles pourrait fournir aussi à des jeunes dans des villages de Casamance au Sénégal où elle participe à des actions de coopération.

A son arrivée à l’université, la comédienne a été saluée par Guy Lefrand, maire d’Evreux. Le maire n’a pas fait la dictée puisqu’il animait une réunion de quartier dans ce créneau horaire mais a précisé qu’une jeune conseillère municipale participait à cette dictée représentant ainsi la municipalité d’Evreux. Guy Lefrand a félicité Evreux Djougou Coopération pour son action de coopération qui pourrait être aussi orientée vers le Sénégal.

A l’exemple de la dictée à Evreux, la commune de Djougou prévoit d’organiser également sa seconde édition d’une dictée qui montre une volonté de faire vivre la francophonie au quotidien.

Oh ! Combien de générations ont ri de se voir si belles en ce miroir que leur tendait obligeamment Tintin !…
… ce vieux loup de mer acariâtre et assoiffé mettait un point d’honneur à toujours user de l’injure ad hoc !…
… Combien d’entre nous, sans avoir eu seulement à quitter leurs pénates adorés, ont marché sur la Lune…
… risqué la psittacose en se frottant, à l’instar de cet intrépide Milou…
.. arraché des griffes d’un anthropopithèque himalayen…
… Et l’engouement, à l’évidence, n’est pas près de retomber…
Pour la correction, le texte s’affiche à l’écran. Annie Duperey et Claude Bance commentent, expliquent et répondent aux questions.
Les 8 participants avec un résultat de moins de 5 fautes se voient remettre un diplôme d’excellence signé par Annie Duperey.
Petits cadeaux normands pour Annie Duperey avec à ses côtés François Le Diset, président de l’association et Claude Bance, organisateur de la dictée.
Après une déjà longue séance de dédicaces, les derniers acheteurs de livres attendent sagement leur tour.